12/05/2022

MANGER DU SENS Réinventons les modèles

ENTRETIEN "La triple comptabilité traduit en euros l'impact RSE d'une entreprise"

Par Elisabeth Montaufray-Bureau - Ouest France
  • entreprises
  • économie
  • banques
  • finance
  • rse
  • alan fustec
  • triple comptabilité

Entretien avec Alan Fustec, président de l’agence Lucie, et de Goodwill-management le pôle RSE de Bakertilly. 

Qu’est-ce que la triple comptabilité ?

C’est un mouvement lancé par des professionnels du chiffre qui pensent que la comptabilité pourrait bien intégrer tous les résultats financiers, mais aussi les résultats sociétaux et environnementaux. D’où le nom de triple comptabilité. Il existe aujourd’hui des déclarations de performances extra-financières mais celles-ci restent à un niveau d’indicateurs. Elles ne sont pas traduites en euros ou en coûts financiers. La triple comptabilité vise à financiariser tout cela. Elle a deux utilités principales : offrir un tableau de bord en euros plus synthétique. Et permettre de connaître réellement le montant de ses éventuelles dettes sociales, sociétales ou environnementales.

Quelles sont les entreprises qui l’appliquent déjà ?

Nous l’avons déjà mise en œuvre pour des grandes entreprises telles que Colas, Pole emploi ou La Poste. Mais aussi pour des ETI comme le groupe Hénaff en Bretagne ou encore pour des TPE de moins de dix salariés. À chaque fois, ces entreprises veulent ne plus se voiler la face au sujet de leurs impacts sociaux ou environnementaux mais vraiment savoir où elles en sont. Exemple ? Avec la triple comptabilité une entreprise dont l’impact socio-économique est de 100 millions d’euros (sa contribution au PIB du territoire) pourra, par exemple, présenter des dommages collatéraux d’un million d’euros sur l’environnement (émissions de gaz à effet de serre, production de déchets, consommation d’eau...) et de deux millions d’euros sur la société civile (accidents du travail, licenciements, précarité de l’emploi...) C’est ainsi que l’on peut constater des dettes latentes que personne ne paie aujourd’hui. L’entreprise, dès lors qu’elle connaît le montant de ces dettes, peut mettre en œuvre une stratégie pour les faire baisser d’année en année. Elle peut aussi avoir de bonnes surprises en constatant des impacts positifs. Mais c’est plus rare.

Comment convertir ces résultats extra-financiers en euros ?

Il y a deux écoles. Celle qui se base sur un calcul du coût de la conservation ou restauration des capitaux. J’ai une cheminée qui émet du Co², le montant de l’investissement pour installer un capteur de Co² qui va le contenir sera indiqué dans cette triple comptabilité. L’autre approche est de mesurer les conséquences du laisser-faire sur l’économie à long terme. Si une entreprise artificialise trois hectares, elle détruit des écosystèmes : quelle en est la conséquence en euros sur l’économie à long terme ? Cela se calcule très bien et c’est ce que nous faisons.

Ces calculs sont-ils simples ?

Oui, un bilan est simple à réaliser. Ces bilans intègrent des données connues comme les mesures de bilan carbone, de consommation d’eau, d’emprise au sol, la consommation de matière premières etc. pour l’environnement ; ainsi que des mesures d’accidents du travail, licenciements, inégalités de rémunération hommes femmes, etc. pour la politique sociale. Tout cela peut être traduit en euros et va, au final, former le résultat de cette triple comptabilité.

Cette triple comptabilité peut-elle devenir un jour obligatoire ?

Aujourd’hui l’Autorité des Normes Comptables ne l’envisage pas. Selon elle, la comptabilité doit seulement mesurer la performance financière et la pérennité de l’entreprise. Pour le reste, sa position est de s’appuyer sur les indicateurs extra-financiers. Chez Lucie, nous pensons que devons aller plus loin. Nous allons intégrer dans nos prochains labels cette triple comptabilité pour aider les entreprises à tendre vers une empreinte environnementale d’une planète alors qu’actuellement nous sommes en moyenne à trois planètes. Il y a urgence. 

Source : https://amp-ouest--france-fr.cdn.ampproject.org/c/s/amp.ouest-france.fr/economie/entreprises/entretien-la-triple-comptabilite-traduit-en-euros-l-impact-rse-d-une-entreprise-8b48a532-cca3-11ec-bc35-01778601fe28

Retour à l'entité